top of page

Le conflit en Palestine

Pierre Galand revient pour aborder le conflit en Palestine, mettant en lumière les tensions croissantes entre Israël et l'Iran. Le débordement de cette confrontation soulève des préoccupations majeures quant à l'escalade des hostilités et à ses répercussions régionales. Pierre Galand examinera les dynamiques complexes de ce conflit géopolitique et les enjeux sous-jacents qui alimentent les affrontements entre ces acteurs clés du Moyen-Orient.


Pierre Galand

Pierre Galand, diplômé en sciences sociales et titulaire d'une licence en sciences économiques ainsi que d'un bachelier en philosophie, a occupé le poste de professeur à l'ISCO avant de devenir, en 1997, maître de conférences et conseiller du recteur en collaboration avec l'ULB. Il est reconnu pour être à l'initiative de plusieurs organisations non gouvernementales et associations œuvrant en faveur de la solidarité avec les populations en développement ou soumises à des restrictions de liberté, parmi lesquelles OXFAM-Belgique.

Son engagement indéfectible pour la cause palestinienne est remarquable, car il préside l'Association Belgo-Palestinienne depuis 1986, qu'il avait lui-même fondée en 1976. De plus, il intervient régulièrement lors de colloques à l'ONU en qualité de président du Comité Européen de Coordination des ONG sur la Palestine. Cet activisme lui vaut des critiques provenant de certains opposants politiques et d'organisations défendant les intérêts d'Israël.

Par ailleurs, Pierre Galand s'investit activement dans le mouvement alter-mondialiste et prend part à divers Forums sociaux mondiaux. Son implication dans ces causes lui a permis, en 2006, d'être élu à la présidence du Centre d'action laïque.




Voici les 5 Critères de la convention pour pouvoir désigner un acte de génocide

Pour qualifier un événement de génocide selon la Convention de 1948, cinq critères précis doivent être réunis. Tout d'abord, il doit y avoir une intention de détruire totalement ou partiellement un groupe national, ethnique, racial ou religieux. Ensuite, des actes tels que le meurtre de membres du groupe, la mise en place de conditions de vie visant à leur destruction physique, la soumission à des conditions de vie inhumaines ou encore la limitation des naissances au sein du groupe doivent être commis. De plus, il est nécessaire que ces actes soient commis dans le cadre d'un plan global visant à détruire ledit groupe. Il faut également prouver que ces actes ont été commis de manière systématique et enfin qu'ils se sont déroulés sur une période prolongée. Ces critères sont essentiels pour qualifier un acte de génocide selon la Convention de 1948.

Le conflit en Palestine

3 093 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page