top of page

EVRAS vs Droits parentaux

Tout d'abord, permettez-moi de rappeler une chose essentielle avant de commencer :

Que vous soyez pour ou contre, ou que vous considériez cela comme un faux problème et/ou une manœuvre trompeuse du gouvernement concernant le décret EVRAS, je rappelle à mes camarades qu'il est de notre devoir en tant que citoyens de manifester notre désaccord lorsque l'État viole un droit fondamental tel que "les droits parentaux". Cela fait partie intégrante de nos responsabilités civiques.


En ce qui concerne ma responsabilité parentale, je m'oppose à ce projet pour MES ENFANTS. Il est de mon droit, que j'exerce légalement depuis que j'ai déposé mon nom sur leurs actes de naissance.

En ce qui concerne le droit parental des autres parents, je ne peux m'opposer à leurs décisions car cela reviendrait à aller à l'encontre de leurs droits parentaux.

C'est pourquoi, à mon sens, il serait avisé pour ce gouvernement de retirer et de modifier ce texte en exigeant le consentement des DEUX parents pour que leurs enfants suivent les cours EVRAS. Même si ces cours ne représentent actuellement qu'une durée de 2 heures par an, il est essentiel d'agir dans cette direction.

Mais je pense que depuis très longtemps, ce gouvernement ne cherche plus à respecter le droit. Il impose sans aucunement s'intéresser aux droits des citoyens sur de nombreux sujets, dont la liste est trop longue pour être énumérée ici...

Si vous ne suivez pas la doctrine, ce qui est dit dans les médias et les décrets votés par des députés et parlementaires au service du pouvoir en place au niveau européen et mondial sous l'OMS,


Vous serez considéré comme un hérétique, comme un complotiste, extrémiste, de la pensée moderne.

désinformation

Mais rappelez-vous ces mots inspirants de George Orwell : "Dans une époque de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire."


Il est essentiel d'exercer notre esprit critique face à l'information diffusée massivement, ne nous contentons pas simplement d'avaler passivement tout ce qui nous est présenté.


En tant reporter, je m'efforce toujours d'utiliser mes compétences pour apporter une perspective nuancée sur les événements contemporains. Je suis conscient que chaque sujet requiert une analyse approfondie afin de fournir des informations précises et objectives.

Hier, j'ai assisté à la manifestation à Bruxelles en compagnie de Nicolas Lefèvre, un fervent défenseur des gilets jaunes depuis de nombreuses années. Tout comme moi, il est pleinement conscient des dérives totalitaires observées au sein des gouvernements européens.

Voici l'interview qu'il m'a accordée après son intervention au milieu de cette foule. Rappelons que vous pouvez revoir la diffusion en direct de l'intégralité du live sur notre site, à l'onglet "LIVE".



En ce qui concerne l'intervention des autres personnes sur place, en tant que père, je ne suis pas d'accord avec le fond du problème de l'EVRAS, c'est-à-dire l'obligation. Cependant, il est important pour moi de préciser que je ne partage absolument pas les propos tenus contre le CAL, les féministes, les LGBT ou les homosexuels. Je distingue clairement l'éducation de MES enfants avec les besoins ou désirs des adultes qui sont totalement libres selon moi de s'exprimer et de vivre comme ils le souhaitent.

C'est regrettable que le débat ait pris cette tournure, mais j'ai néanmoins respecté la décision de chacun de s'exprimer. C'est pourquoi je n'ai pas interrompu une seule fois le discours de cette dame.J'espère sincèrement que lors de la manifestation du 30 septembre, le débat se concentrera exclusivement sur les problématiques liées à l'enfance.

Cependant, n'oublions pas les autres combats qui doivent être menés ! Bien sûr, EVRAS est le sujet du jour, mais regardons également du côté de notre portefeuille. À ce rythme-là, il deviendra même impossible pour les parents d'assurer correctement la conduite, l'alimentation et le bien-être des enfants. Cela fausserait totalement l'intention des parents en colère.

Il est temps que chaque citoyen assume ses responsabilités, car l'urgence s'impose à nous de manière pressante. Ne nous contentons pas d'attendre d'être tous plongés dans une situation précaire.


"Le succès n'est pas final, l'échec n'est pas fatal : c'est le courage de continuer qui compte." - Winston Churchill



95 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout

2 Comments


Sur le modèle du film SHE SAID de C. Million et Z. KAZAN, ce sont les médias nobles, s il en existe encore, qui doivent protéger la société contre les dérives. Commencer à récolter des témoignages de dérives serait un bon début si le dialogue reste fermé.

Like
Replying to

Correction: C.

Like
bottom of page